• La collaboration entre start-up et Grands groupes, nouvel eldorado de l’innovation ?

  • Card image cap
    Avec 30 à 60% d’économie d’énergie, soit l’équivalent 2000 aller-retours Paris New-York économisés chaque mois, la collaboration entre La Poste Immo -filiale immobilière du groupe La Poste- et la jeune start-up angevine Eisox est un nouvel exemple de partenariat réussi entre petite et grande entreprise (1) !
    Eisox développe et commercialise une solution d’efficacité énergétique B2B ayant pour objectif l'économie d'énergie et l'exploitation de données afin d’apporter à leurs clients de nouveaux usages Smart Building. Disposant de plus de 6 millions de mètres carrés et 12 000 bâtiments en France, le groupe La Poste Immo cherche par cette collaboration à optimiser sa facture énergétique tout en réduisant son impact carbone.


    PLUS QU’UNE TENDANCE, UNE REELLE NECESSITE !

    On assiste véritablement à une nouvelle dynamique d’Open Innovation avec un nombre croissant de collaborations entre startups et grandes entreprises. Les grands entreprises, habituées aux outils et processus « traditionnels » doivent s’adapter à une économie qui évolue de plus en plus rapidement et dont nombre d’enjeux restent incertains.
    Daniel Franklin, rédacteur en chef de la revue annuelle « The World In » éditée par The Economist, a lancé une étude pour tenter de prédire quelles seraient les plus grandes entreprises mondiales en 2035. Déjà en 2012, il constatait que la durée de vie moyenne des entreprises chutait drastiquement, s'établissant à 10 ans aux Etats Unis contre 65 ans en 1920. Difficile donc de prédire ce que sera demain avec les cartes d’aujourd’hui.
    Plusieurs phénomènes expliquent cette tendance comme l'accélération des fusions d'entreprises et la multiplication de croissances ultrarapides, à l’image de celles de Facebook, Google, Amazon devenus leaders mondiaux en très peu de temps. Un autre phénomène est le développement accéléré de nouvelles technologies et leur facilité de rapprochement, les frontières étant de plus en plus fines. Pour les grandes entreprises, le constat est là : il faut savoir innover et vite pour rester dans la course.
    En parralèle, on constate une forte dynamique de création d’entreprises (plus 17% entre 2017 et 2018 en France) parmi lesquels des startups, jeunes entreprises innovantes et à fort potentiel de croissance : on estime à environ 10 000 le nombre de startups en France en 2019 et 13 000 en 2022. Plus flexibles pour répondre aux problématiques de demain, ces jeunes structures disposent par essence de l’agilité nécessaire pour s’adapter à des marchés et besoins en constante évolution. Néanmoins, pour se développer rapidement et assurer le déploiement de leurs technologies sur leurs marchés, elles ont besoin de ressources et de partenaires plus établis. Les grandes entreprises représentent par conséquent un partenaire de choix doté des ressources et de positions fortes sur les marchés, tant recherchées par les startups.
    On comprend alors que les collaborations peuvent être très bénéfiques et même nécessaires pour ces deux acteurs, devenus très complémentaires.

    UNE DEMULTIPLICATION DES INITIATIVES

    Avec près de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires (3,921€ milliards en 2018) et 20 000 collaborateurs, le géant des solutions tubulaires brésilien Vallourec a ainsi décidé d’intensifier sa stratégie de collaboration avec les startups. Leur dernier appel d’offres, lancé en mai 2019, a pour objectif d’identifier des start-ups capables de penser les pipelines intelligents de demain (2). La directrice innovation, Sylvie Dubois-Decool, annonce publiquement sa volonté « d’établir régulièrement des partenariats avec des start-ups (..) Nous considérons, en effet, les nouvelles technologies comme des opportunités. Nous souhaitons les combiner avec nos compétences internes pour proposer à nos clients des solutions uniques et consolider le leadership de Vallourec sur la durée »

    Du côté Français, la dynamique est également lancée. Les initiatives foisonnent et les relations entre grandes entreprises et jeunes startups s’intensifient. Le projet « David avec Goliath » (3) fait état chaque année de l’environnement business entre petites et grandes entreprises en France. Dans le rapport 2018, 53% des entreprises interrogées rapportent être dotées d’un incubateur/accélérateur/lab en propre. C’est une augmentation de +10% par rapport à 2017 (43%) qui fait de la France le leader européen en nombre de structures à destination des startups (Allemagne 42%, UK 25%).

    Sans faire un tour d’horizon exhaustif, on peut citer quelques exemples de structures et évènements qui valorisent et récompensent les binomes grands groupes & startups. Le Village Award (4), impulsé par le Crédit Agricole à travers son Programme d’accélérateur de 29 « Villages by CA », soit 750 startups et plus de 530 partenaires, décerne chaque année des prix pour les meilleures collaborations. Cette années trois catégories étaient à l’honneur : la plus efficace – la plus inattendue – le coup de cœur. Des collaborations aussi surprenantes que celle du Commissariat des armées et MovinLab, jeune start-up rouennaise spécialisée dans le déménagement, sont présentées(5).
    De même, le prix « David avec Goliath » met chaque année en avant une collaboration réussie, comme en 2017 pour Phénix et Carrefour et leur partenariat contre le gaspillage alimentaire (6). L’objectif est de « Montrer que la collaboration entre jeunes et grandes entreprises est fructueuse pour les deux parties. Mettre en lumière des exemples de collaborations réussies et de bonnes pratiques »

    L’Ie-Club contribue de même au renforcement des relations Start-Ups/Grandes Entreprises (7) au travers d’évènements, de remises de prix ou encore de la publication de « l’Observatoire de la Relation Grandes Entreprises + Startups ». Au niveau supranational, les StartUp European Awards (SUEA), parrainés par la Commission Européenne, proposent des méthodologies pour favoriser les partenariats d’innovation entre startups et entreprises publiques. En parallèle, chaque année, ils sélectionnent et récompensent des projets de startups à travers toute l’Union Européenne. Le 21 Mars 2019 cinq lauréats étaient à l’honneur lors d’une édition spéciale sur l’impact social (8) : La meilleure startup fondée par une femme (OKRA Technologies), celle par un entrepreneur de moins de 30 ans (Bolt), la meilleure réponse aux Objectifs de développement durable des Nations Unies (NorthQ), et la start-up œuvrant au mieux pour l’inclusion sociale et la croissance de l’emploi (Mama Organa).


    La mise en avant de ces coopérations permet aux grands groupes de connaitre les tendances et nouvelles technologies qui transforment leurs métiers. Pour les jeunes entreprises, il s’agit de gagner en visibilité, développer leurs réseaux et de rencontrer des grandes entreprises prêtes à co-développer de nouveaux concepts.
    La multiplication de ces initiatives démontre une réelle prise de conscience de la valeur ajoutée apportée par des collaborations réussies.

    Néanmoins, un défi majeur reste à surmonter pour les startups comme pour les grands groupes : identifier les partenaires les plus adaptés et structurer un écosystème de plus en plus complexe. Être à même de gérer les relations sur le long terme pour saisir les opportunités qui se présentent est aujourd’hui déterminant dans la course à l’innovation.


    LA NECESSITE DE CENTRALISER LES ACTEURS ET FLUIDIFIER LE SUIVI DES COLLABORATIONS

    Le risque est évidemment de se retrouver submergé par la multiplication d’initiatives isolées et de ne pas être en mesure de suivre l’actualité et les démarches engagées avec chacun des partenaires. Le manque de centralisation des acteurs et la surabondance de sollicitations plus ou moins pertinentes devient un problème majeur.
    La part de jeunes startups ayant des interactions avec des grandes entreprises a atteint 84% en 2018, soit un gain de 5 points par rapport à 2017 (3). Or paradoxalement, si 43 % des Startups interrogées confirment une meilleure implication des grandes entreprises, elles expriment par ailleurs une insatisfaction croissante due à la « lenteur » des temps de réponse et du processus de collaboration en général.
    « La lenteur est le symptôme, la raison profonde tient aux différences de culture sur les modes de travail, de prise de décision, la façon d'envisager les étapes d'un projet. Et ces différences sont créatrices de frustrations. », observe Gonzague de Blignière, président-fondateur de Raise, à l’initiative du rapport David et Goliath.
    Nombre de responsables innovation de grands groupes disent ne plus être en mesure de traiter tous les dossiers reçus. Les sollicitations de la part des startups après de grandes groupes ne sont finalement bien souvent que des bouteilles jetées à la mer avec un espoir infime de réponse.

    Il y a un besoin urgent de coordonner, simplifier et fluidifier ces initiatives. Pour réellement tirer des profits d’un écosystème (incubateurs, appels à projets, partenaires, évènements…) il faut avant tout pouvoir structurer et centraliser les flux d’informations entrants et sortants. L’objectif d’une startup n’est pas de rencontrer le plus de contacts au sein du grand groupe mais bel et bien de signer un contrat et de lancer un projet. Pour le grand groupe l’objectif ne doit pas être de communiquer sur les initiatives lancées mais de démontrer sa capacité à concrétiser sa stratégie d’innovation grâce à elles. Les incubateurs et partenaires doivent quant à eux démontrer leur capacité à créer de réelles opportunités de collaboration pour les startups comme pour leurs partenaires corporates.
    Structurer un écosystème productif c’est éviter les silos entre les acteurs et partager des démarches communes. Parler d’open innovation c’est être à en mesure de réellement s’ouvrir, d’être connecté et d’échanger facilement avec des acteurs innovants pour construire ensemble les projets de demain.

    C’est pourquoi Forinov propose une plateforme qui permet de connecter startups, entreprises et structures d’accompagnement (incubateurs, accélérateurs, VC, etc.) autour de démarches simplifiées de collaboration. C’est une solution unique et globale qui permet de :
    • Développer et capitaliser sur votre écosystème startups - clients - partenaires
    • Créer des opportunités de collaboration plus rapidement (profils clairs, structurées et actualisés, matching et recommandations multi critères)
    • Gérer des appels à projets privés ou publics et le suivi des dossiers
    • Centraliser et fluidifier tout le suivi de vos relations sur le long terme pour gagner en temps et en efficacité !

    Il vous suffit de créer un profil pour accéder à votre espace sécurisé de collaboration.


    ***

    (1)


    (2) https://openinnovationplatform.vallourec.com/
    (3) http://www.davidavecgoliath.com/docs/etude-2018-DavidAvecGoliath.pdf
    (4) https://www.awards.levillagebyca.com/
    (5)


    (6) http://www.carrefour.com/current-news/carrefour-phenix-innovation-rewarded
    (7) https://ie-club.com/12-binomes-grande-entreprise-startup-nomines-pour-la-15eme-edition-de-lobservatoire/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=NEWSLETTER_mai_2019&utm_medium=email
    (8) http://startupeuropeawards.eu/

    En savoir plus avec le baromètre de la relation startups grands groupes du Village By CA ? ==>

    https://forinov.com/blog/Analyse/La_collaboration_entre_start_up_et_Grands_groupes_nouvel_eldorado_de_linnovation__20.html