• Cybersécurité : la start-up française Gatewatcher lève 25 millions d'euros

  • Card image cap

    La jeune société française a doublé son chiffre d'affaires en un an avec l'explosion des attaques. Elle veut désormais accélérer sa croissance à l'international.

    La start-up cyber Gatewatcher a fait le choix de prendre 750 mètres carrés sur le Campus Cyber, qui sera inauguré mardi 15 février, pour y installer l'ensemble de ses activités. Spécialisée dans les produits de détection d'intrusion et de menaces avancées, elle annonce aussi sa première levée de fonds, d'un montant de 25 millions d'euros, menée par le fonds Move Capital de Kepler Cheuvreux Invest.

    Depuis sa création en 2015, Gatewatcher a grandi en s'auto-finançant à 100%. «Nous voulons accélérer notre croissance à l'international», explique Jacques de La Rivière, cofondateur et CEO de la société. Qualifiées par l'Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d'Information (ANSSI), les sondes de Gatewatcher sont utilisées pour protéger les réseaux critiques des grandes entreprises et des institutions publiques, notamment ceux des opérateurs d'importance vitale, comme l'exige en France la loi de programmation militaire. Or de plus en plus de pays adoptent des réglementations similaires pour mieux protéger les infrastructures critiques. La révision de la directive européenne NIS en cours d'examen va aussi dans ce sens.

    Avec l'explosion des attaques, la jeune société française a doublé son chiffre d'affaires entre 2020 et 2021 pour atteindre quelque 15 millions d'euros. Déjà présente en Europe du Nord, en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, elle vise les 90 millions d'euros annuels d'ici 5 ans. «Les décideurs ont bien compris la menace cyber et acceptent plus facilement de débloquer des budgets pour la sécurité informatique» constate Jacques de la Rivière. De plus, après avoir commencé par sécuriser les postes de travail, les entreprises s'attaquent à la protection de leurs infrastructures et des réseaux. En octobre, Gatewatcher a lancé AIonIQ, une plateforme associant de l'intelligence artificielle à des fonctions avancées de cartographie pour protéger des infrastructures numériques et du cloud contre les menaces cyber. Cette automatisation permet de simplifier le traitement des alertes de sécurité, et la société peut étendre sa base de clientèle à de plus petites entreprises et institutions qui n'ont pas forcément les ressources humaines suffisantes.

    Forte de 70 salariés, Gatewatcher va ouvrir 200 postes dans les prochains mois, dont la moitié en France. «Nous avons développé de très bons produits et nous soutiendrons nos efforts de R&D, mais nous avons aussi un travail à faire sur le marketing et la communication par rapport à nos concurrents anglo-saxons» reconnaît Jacques de la Rivière.



    https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/cybersecurite-la-start-up-francaise-gatewatcher-leve-25-millions-d-euros-20220214