• Air France s’associe avec Carwatt pour accélérer sa transition énergétique.

  • Card image cap
    La compagnie aérienne s’est fixé un objectif de neutralité carbone au sol d’ici 2030. Air France profite de solutions clés en main de startups pour réduire son empreinte carbone. Le partenariat entre Air France et CARWATT n’est pas nouveau puisque l’entreprise a déjà eu recours à cette startup pour transformer d’anciens tapis bagages à motorisation thermique en motorisation électrique avec des batteries Li-Ion de seconde vie. Désormais, la compagnie étend ce partenariat aux engins au sol.


    Qui est Carwatt ?

    Cette startup innovante s’inscrit dans l’air de du temps, elle propose de convertir les véhicules à moteur thermique en véhicule électrique. C’est à la fois un moyen de revaloriser un véhicule en lui offrant une nouvelle technologie et réutiliser des engins existants.  Le tout, à l’aide d’un kit qu’elle a conçu. Ce projet allie transition énergétique et économie circulaire. De quoi plaire aux entreprises qui veulent diminuer leur empreinte carbone et qui prennent au sérieux l’urgence climatique. C’est aussi un excellent moyen de réduire ses dépenses puisqu’il n’est plus nécessaire de changer de véhicule avec ce kit.
    Dès 2017, Carwatt bifurque vers l’aéroport de Roissy où une compagnie aérienne a recours à ses services. Tous les engins à moteur thermique peuvent être converti à l’électrique, ceci concerne également les véhicules utilisés dans les aéroports comme les portes bagages.
    Pour rentrer dans les caractéristiques techniques, Carwatt procède à plusieurs opérations pour réaliser cette transformation. « Il suffit d’enlever des blocs. On retire le moteur thermique et certains de ses auxiliaires comme l’alternateur, l’assistance au freinage et à la direction. Il faut ensuite électrifier la traction et les auxiliaires impactés par le changement de motorisation », détaille Fabien Berger co-fondateur.

     

    Les bénéfices de cette collaboration

    Air France en est encore à ses premiers tests de cette nouvelle flotte électrique mais à terme l’entreprise compte généraliser cette pratique dans d’autres aéroports. Au-delà de la baisse d’émission de CO2, ces engins électriques réduisent la pollution sonore, les émissions de particules fines, rallonger la durée de vie de leurs équipements en réduisant l’obsolescence programmée et les frais de maintenance.
    "Acteur économique majeur de son territoire, Air France est consciente de sa responsabilité et intègre le développement durable à ses activités et ses opérations" explique la compagnie. En effet, d’ici fin 2020, près de 60 % de la flotte des engins de piste utilisés par Air France sur les aéroports sur lesquels la compagnie opère ses propres matériels seront électriques. Ce taux sera porté à 90 % en 2025, permettant d’éviter chaque année l’émission de 10 000 tonnes de CO2.


    Air France fait partie des entreprises qui ont cerné que l’innovation est facteur d’avantage concurrentiel et qu’elle est d’autant plus pertinente pour protéger l’environnement tout en créant de la valeur à l’entreprise.