• Framatome s’associe à Adagos pour déployer l’intelligence artificielle dans l’industrie nucléaire

  • Card image cap
    Framatome a signé un accord de partenariat exclusif avec ADAGOS pour mettre à disposition de l’industrie nucléaire une technologie d’intelligence artificielle de pointe.
    Framatome est le leader international incontournable de l’énergie nucléaire, reconnu pour ses solutions innovantes et ses technologies à forte valeur ajoutée à destination du parc nucléaire mondial. Forte d’une expertise mondiale et de solides références en termes de fiabilité et de performances, l’entreprise conçoit, entretient et installe des composants et des combustibles ainsi que des systèmes de contrôle-commande pour les centrales nucléaires. L'entreprise met à profit l'intelligence artificielle pour s'imposer.


    L’intelligence artificielle, un enjeu à maitriser dans le nucléaire ?


    L’architecture NeurEco d’ADAGOS introduit un réseau neuronal de troisième génération capable de résoudre des problèmes complexes de grande envergure tout en mobilisant moins de ressources de calculs et de données que les générations précédentes. « L’intelligence artificielle est une évolution technologique de rupture, déterminante pour développer de nouvelles technologies et améliorer la performance et la compétitivité de l’industrie nucléaire, aujourd’hui et pour les décennies à venir », a déclaré Catherine Cornand, senior executive vice president de la Business Unit Base Installée de Framatome.
    « Ce partenariat nous permettra de fournir de nouvelles solutions numériques à nos clients dans le monde entier, contribuant ainsi à la production d’une électricité fiable, économique et bas carbone. » Les réseaux neuronaux analysent les données et les informations en s’inspirant du fonctionnement du cerveau humain. NeurEco résout des problématiques communes aux technologies de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage profond. Son approche innovante des réseaux neuronaux, basée sur une construction automatique parcimonieuse, réduit les ressources telles que la quantité de données d’apprentissage, la consommation d’énergie, la taille du réseau neuronal, la mémoire requise et surtout le temps de calcul nécessaire pour mettre en œuvre les méthodes d’apprentissage profond. Cette innovation permet de générer de nouveaux types de réseaux neuronaux parcimonieux qui fournissent des réponses à des questions non linéaires tout en minimisant leur taille et leur complexité.
    La technologie NeurEco propose des solutions robustes aux défis historiques de l’application de l’intelligence artificielle au secteur de l’énergie nucléaire. Les temps de calcul pour les concepts de champs non linéaires tels que la neutronique et la mécanique des fluides numériques peuvent être réduits de plusieurs jours à quelques minutes. Le méta-modèle généré fournit par ailleurs davantage d’informations sur le résultat. La précision des études est augmentée tout en réduisant significativement les ressources nécessaires.

    Les fichiers de calculs sont des centaines de fois plus petites et peuvent être compressés et décompressés à l’infini, ce qui représente un gain de temps et une optimisation des coûts pour les exploitants nucléaires. « Ce partenariat combine l’expertise en ingénierie de Framatome et la technologie de pointe d’ADAGOS dans le but d’automatiser et de résoudre des problèmes complexes », a ajouté Alexis Marincic, senior executive vice president de l’Engineering and Design Authority de Framatome. « Nous partageons un engagement commun, celui de fournir au secteur nucléaire une solution innovante et de haute qualité capable de transformer les données et d’améliorer les performances des opérations quotidiennes de nos clients. »


    Qui est Adagos ?


    Le magazine Silicon Review a classé ADAGOS comme l’une des 50 entreprises les plus prometteuses en 2020. Mais qui est cette pépite toulousaine ?
    Fondée en 2011,  Adagos a mis au point NeurEco, un logiciel à base d'intelligence artificielle, reposant sur le principe de "parcimonie", qui améliore la précision des prédictions quantitatives tout en permettant de réduire de plusieurs ordres de grandeurs les ressources nécessaires pour mettre en œuvre l'IA (temps de calcul, quantité de données d'apprentissage, temps de développement...). Cette technologie de rupture repose sur la "parcimonie", un principe scientifique fondamental qui remonte au 14ème siècle, qui dit que "tout doit être aussi simple que possible, mais pas plus simple".
    La redondance de l'IA actuelle la cantonne dans ses applications habituelles de classification et de reconnaissance de formes. Or, les besoins de l'ingénieur sont essentiellement quantitatifs avec une grande exigence de précision.

    À la portée de tous, la technologie de rupture d'Adagos ouvre la voie à l'IA dans de nombreux domaines dont le transport, la santé ou encore l'Internet des objets (IoT). "La révolution de l'intelligence artificielle de cette dernière décennie sont les réseaux neuronaux. Sauf qu'il est possible d'avoir des réseaux beaucoup plus petits et efficaces, où il est possible d'avoir des dizaines de cellules et non plus des millions de cellules comme les réseaux neuronaux habituels. Le concept de parcimonie qu'ils utilisent a plusieurs conséquences. Grâce à lui, il est possible de diviser par 1 000 les ressources, y compris énergétiques, nécessaires à la mise en œuvre des méthodes d'apprentissage automatique. De plus, lorsque l'on a un petit réseau neuronal, il est possible de l'embarquer sur des objets connectés. Le réseau se crée d'une manière automatique. Cela signifie que l'on peut mettre l'IA à la disposition des non spécialistes. Enfin, cette solution ouvre de nouvelles possibilités dans le domaine quantitatif. Il est possible de faire des prédictions précises sur le long terme. Sur des problèmes où l'être humain ne peut pas répondre, l'IA va l'aider à le faire. Par exemple, NeurEco permet de savoir combien d'électricité un parc éolien est-il capable de produire à l'avance", explique Mohamed Masmoudi, fondateur d'Adagos.


    L’entreprise a compris l’importance que représente l’intelligence artificielle dans la prise de décision. Elle semble indispensable pour éviter des erreurs humaines qui peuvent provoquer des catastrophes dans certains secteurs mais notamment le nucléaire. D’ailleurs, Framatome n’hésite pas à employer les compétences de startups pour créer de la valeur à l’entreprise. Un partenariat de plus qui montre le potentiel d’innovation de la French Tech.