• Les critères de sélection pour le Next40 et la Frenchtech120 se complexifient !

  • Card image cap

    Depuis le 20 octobre 2022, les candidatures pour intégrer la prochaine sélection de startups afin d’intégrer les programmes French Tech 120 et Next 40 sont ouvertes. 

     

    Cette année les critères de sélection seront plus exigeants que les dernières éditions. Auparavant, les start-up ayant réalisé une levée de fonds supérieure à 100 millions d’euros sur les trois dernières années étaient intégrées, mais cela représente maintenant plus de 40 startups. 

    Retrouvez certaines de ces startups sur Forinov dans notre annuaire de startups.

     

    Les quarante start-up du Next 40 sont intégrées d’office au FT120. Pour les autres jeunes postulant, voici quelques critères  :

     

    Elles doivent avoir leur siège social en France.

    Ne pas avoir été racheté.

    Être une entreprise innovante.

     

    Deux startups par régions seront sélectionnées, l’une selon un critère de levée de fonds (rehaussée de 20 à 40 millions d’euros) et l’autre d’hyper-croissance. Toutes ces évolutions dans les critères prouvent une évolution de l’écosystème de l’innovation. 

    Un autre changement important est lié à l’engagement demandé aux entreprises sélectionnées. Il est demandé aux lauréats des FT120 et Next40 de s’engager à mesurer leur bilan carbone ainsi que de publier un index de l’égalité professionnelle. 

    Pour Clara Chappaz, directrice de la mission french tech, l’idée en poussant ces thématiques est que les entreprises intègrent ces critères dès le début. L’avancement des lauréats sur ces sujets peut également se retourner à leur avantage en mettant en avant leurs évolutions sur ces thématiques auprès des investisseurs

    La pression sur ce sujet est donc mise par la Mission French Tech ainsi que les investisseurs, mais ces derniers pourraient-ils appliquer des sanctions en cas de non-respect de ces consignes ? 

     



    https://www.usine-digitale.fr/editorial/les-criteres-du-ft120-sont-perfectibles-parce-que-l-ecosysteme-french-tech-est-extraordinairement-divers-selon-kat-borlongan.N925874